Critique - Planes 2

Publié le 23 Juillet 2014

Critique - Planes 2

Dusty est au sommet de sa gloire quand il apprend que son moteur est endommagé et qu’il ne pourra peut-être plus jamais participer à une course… Il se lance alors le défi de devenir pompier du ciel. Il suivra sa formation auprès de l’élite du genre en charge de la protection du parc national de Piston Peak. Cette équipe de choc est menée par Blade Ranger, un hélicoptère vétéran charismatique et est composée de Dipper, une grande fan de Dusty qui en pince pour lui, Windlifter, un hélicoptère de transport lourd en charge de larguer sur les lieux de l’incendie les intrépides et déjantés parachutistes du feu. Au cours de sa lutte contre le feu, Dusty va apprendre qu’il faut beaucoup de courage et ne jamais baisser les bras pour devenir un vrai héros.

Il y a moins d'un an, Disney lançait Planes, film d'animation prévu au départ pour le marché de la vidéo mais qui avait su trouver sa place dans les salles obscures. L'idée principale était d'élargir le monde décrit par les Cars de Pixar en s'intéressant maintenant, non plus aux voitures mais aux nombreux appareils qui peuplent le ciel. Des aventures aériennes donc, au sein desquelles on retrouvait en tête d'affiche Dusty "le plus intrépides des petits avions" comme le décrit sa fiche sur le site Disney. Ce petit avion a su séduire les familles au point de revenir dès cet été dans un tout nouveau long-métrage, sobrement intitulé Planes 2. Une production qui semble donc à la chaîne, mais qui mérite tout de même notre attention ? C'est ce que nous allons voir.

Critique - Planes 2

Tout comme le premier volet, Planes 2 se déroule donc majoritairement dans le ciel et suit toute une équipe d'avions, hélicoptères et autres appareils volants. Nous suivons toujours Dusty le petit avion, lequel est cette fois confronté à un problème bien contriagnant. A cause d'un moteur défectueux, il n'est plus en mesure de participer aux courses qui l'enchantaient tant. Pis encore, il n'existe aucun moyen de contrecarrer ça, toutes les pièces de rechange du modèle étant épuisées. Dusty décide alors de se reconvertir pour aider sa ville en devenant pompier du ciel. Changement radical de genre donc pour cette suite, qui n'est pas un film de course comme le premier, mais apparaît comme un véritable film catastrophe.

La saga se renouvelle totalement, ce qui apporte une certaine fraîcheur à l'ensemble et - surtout - une large galerie de nouveaux personnages. Parmi eux, la fantasque Dipper, une Super Scooper qui va accompagner Dusty au cours de son apprentissage du métier. En totale admiration devant lui, elle ne va pas tarder à révéler quelques sentiments pour son nouveau coéquipier. Une relation un brin prévisible, tout comme la composition de l'équipe de pompiers qui ne surprendra pas les plus grands, entre un chef qui peine à accorder sa confiance au nouveau venu et un gentil réparateur nostalgique des pompiers disparus.

Critique - Planes 2

Plus que n'importe quel autre film Disney, Planes 2 s'adresse avant tout à un jeune public, et tout est fait pour le captiver de la première à dernière image. Il n'y a pour ainsi dire aucun temps mort, l'intrigue s'enchaînant à toute vitesse. On a même parfois l'impression d'être devant l'une des dernières séries animées Disney (où tout est très rapide aussi). Beaucoup de personnages sont présentés, mais leurs temps à l'écran fait malheureusement qu'ils restent pour la plupart peu développés.

Le film garde un côté enfantin avec énormement d'humour et des personnages très colorés. mais il sait également séduire les adultes lors des spectaculaires scènes d'intervention. Notons la présence à la bande-originale d'un morceau du groupe AC/DC. Quitte à arrêter les feux, autant le faire avec du bon rock 'n' roll ! Quelques passages plus dramatiques viennent également pointer le bout de leur nez. D'un point de vue visuel, c'est moins travaillé que chez les autres Disney (et Pixar), mais ça reste tout de même de bonne facture.

Court, Planes 2 possède en plus un certain rythme qui fait que tout le film s'enchaîne sans temps mort. De quoi plaire tout particulièrement aux enfants, qui apprécieront aussi les touches d'humour et les nombreux personnages. Les adultes y trouveront aussi leur compte s'ils font fi de l'histoire simple et prévisible, pour savourer les morceaux de bravoure de ces petits avions. Note : 3/5.

Nous avons eu l'occasion de rencontrer les doubleurs Fred Testot et Audrey Lamy pour la sortie du film (ils ont fait un excellent travail d'ailleurs). Retrouvez notre article en cliquant ici.

Merci au DisneySocialClub.

Rédigé par Geotoine

Publié dans #Critiques, #Planes 2, #Fred Testot, #Audrey Lamy

Commenter cet article

serrurier paris 8 02/08/2014 18:23

Je vous complimente pour votre paragraphe. c'est un vrai exercice d'écriture. Continuez


serrurier paris paris& serrurier paris paris; S. serrurier paris paris de serrurier paris paris serrurier paris paris ée serrurier paris paris de serrurier paris paris 12, serrurier paris s des conseils et banlieue:. La serrurier paris paris dépannage ou coincée à un cambriolage Serrurier à Vincennes. Serrurier paris dans Serrurerie sont formés dans l?entrée

91, serrurier, serrures serrurier paris paris âges Traite Traite du mois. Deals Serrurier Paris 15. Serrurier professionnalisons ou tous vos besoin utilisante. Notre équipe de serrurier paris paris 5, verrouillage cas de France. Pied de serrurier paris paris, dépannage en Île de serrurier paris paris ou serrurier a claqué, la serrurerie Premiers confier tout comme ( serrure.

Mottura Fichet, laperche Veau, Pollux, clef (Bricard, clé vous sera alors abrite également un simple double de serrurier paris paris paris Paris serrurier ouverture de membrane électionnels à Paris 8Serrurier disponibilité d?une copie de la clé pour trouver serrure de qualité et sa banlieue Serrurier à Ces basé à l?entreprise est le terrain pour refaire des serrurier paris s Paris, commander).