[Critique] Abraham Lincoln, chasseur de vampires

Publié le 8 Août 2012

http://idata.over-blog.com/0/47/60/48/Blog/201207/abraham3.jpg

 

Sortie cinéma : 8 août 2012. De Timur Belmambetov. Avec Benjamin Walker, Dominic Cooper. Abraham Lincoln : Chasseur de Vampires dévoile la vie secrète d'un des plus grands présidents des Etats-Unis, mais aussi l'histoire cachée qui a forgé toute une nation. L'œil neuf et l'énergie viscérale des cinéastes visionnaires Tim Burton et Timur Bekmambetov (Wanted) donnent corps au mythe sanglant des vampires, imaginant Lincoln dans le rôle du plus grand chasseur de morts-vivants de l'Histoire.

 

Il faut bien admettre qu'il y avait de quoi être septique lorsque l'on a pour la première fois pris connaissance du film, à savoir que ce dernier allait nous dévoiler la (soi-disant) vie secrète d'Abraham Lincoln, avant qu'il ne devienne le 16ème Président des Etats-Unis. En effet, ce dernier s'est donné pour mission de venger la mort de sa mère (tuée par des vampires). Mais apprenant que des suceurs de sang s'apprêtaient à envahir le pays, il décide finalement de contre-attaquer, jurant de les éliminer uns par uns à coups de haches (n'étant pas un grand amateur d'armes à feu.). Dit comme ça, on a le choix, soit on prend peur et on évite de s'aventurer au cinéma pour découvrir ce que peut nous réserver Timur Bekmambetov, soit on prend son courage à deux mains, notre curiosité en bandoulière et on fonce tête baissée pour découvrir ce que peut nous offrir cette adaptation du roman éponyme de Seth Grahame-Smith (publié en 2010) et produit par un certain Tim Burton !

 

Il fallait oser, revisiter le mythe du vampire par le biais d'une icône américaine, celle d'un ancien Président. En même temps, retrouver le cinéaste russe Timur Bekmambetov à la réalisation (Wanted - 2008), on savait qu'il y avait de fortes chances que l'on soit déçu du résultat. En fin de compte, il faut bien admettre que l'on y adhère sans trop de difficulté (à condition de ne pas faire le difficile) à cette histoire rocambolesque, dont une grande partie du film se consacre à l'abolition de l'esclavage, donnant lieu par la suite à la guerre de Sécession (dont le film consacre une très grande partie). Mais comme à son habitude, Timur Bekmambetov n'a pu s'empêcher d'en faire des tonnes, abusant à outrance de quelques artifices (on pensera bien évidemment à la séquence des chevaux sauvages ou à celle se déroulant sur le toit d'un train).

 

Certes, si les scènes d'action sont parfaitement chorégraphiées et que la 3D relief s'avère quelques fois utiles, il faut bien admettre qu'Abraham Lincoln : Chasseur de Vampires (2012) nous laisse un goût d'inachevé. Traité comme un pur divertissement alors qu'il regorge d'évènements historiques qui auraient mérité un tout autre traitement, finalement Timur Bekmambetov reste égale à lui-même en nous offrant un divertissement calibré pour le jeune public avide de sensations fortes et de vampires. A trop vouloir en faire, on ne parvient même plus à prendre son film au sérieux, ne sachant plus si l'on doit en rire ou le regarder avec du recul. Reste au final une très agréable distribution, avec dans les principaux rôles Benjamin Walker (dont la ressemblance avec Liam Neeson est frappante !), Dominic Cooper, Rufus Sewell, Mary Elizabeth Winstead & Anthony Mackie.

 

http://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/2012/star2.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/2012/star2.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/2012/star2.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/2012/star2.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/2012/star2.png

 

Critique by Cinéphile NostalGeek

Rédigé par Geotoine

Publié dans #Critiques

Commenter cet article

Athéna 08/08/2012 14:02


hâte de voir ce film même si les oeuvres précédentes de Timur Belmambetov laissent à désirer...