[Critiques] Un Heureux événement, Glee ! On Tour : Le Film 3D

Publié le 9 Octobre 2011

http://img832.imageshack.us/img832/7900/19792498.jpg

 

Sortie cinéma : 28 septembre 2011. Réalisé par Rémi Bezançon. Avec Louise Bourgoin, Pio Marmai, Josiane Balasko. "Elle m’a poussée dans mes retranchements, m’a fait dépasser toutes mes limites, m’a confrontée à l’absolu : de l’amour, du sacrifice, de la tendresse, de l’abandon. Elle m’a disloquée, transformée. Pourquoi personne ne m’a rien dit ? Pourquoi on n’en parle pas ?" Un heureux événement ou la vision intime d’une maternité, sincère et sans tabous.

 

Troisième long-métrage pour Rémi Bezançon après son excellent Le Premier jour du reste de ta vie (2008), cette fois-ci il adapte le roman autobiographique d’Eliette Abecassis et nous fait revivre les premiers instants d’un jeune couple avec l’arrivée de leur premier enfant. Pour adhérer pleinement au film, il est nécessaire d’être soit une femme soit en couple et d’avoir déjà connu ce genre d’expérience sous peine de vivre un véritable ennui aux côtés de Louise Bourgoin & Pio Marmai, qui, malgré leur charisme et toute leur bonne volonté, peinent clairement à nous émouvoir ou à nous tenir en haleine au grès de leurs péripéties (longues de 110 minutes tout de même). Avec ses allures de film féministe où la femme endure et devient le souffre douleur malgré-elle face à un compagnon bien trop absent de leur vie de couple (et de jeunes parents). Un Heureux événement (2011) est une comédie dramatique superficielle, portée par un scénario tellement convenu que même l’humour ne permet pas de sauver. Toutes les situations s’avèrent prévisibles, les dialogues sont d’une telle lourdeur que l’on préfère ne pas y prêter grande attention, en fin de compte on préfèrera ne retenir qu’une chose, les courtes apparitions (mais remarquées) de Josiane Balasko qui parvient contre toute attente à nous redonner le sourire face à une œuvre aussi fade.

 

* Moyen.

 

http://img824.imageshack.us/img824/474/19786028.jpg

 

Sortie cinéma : 28 septembre 2011. Réalisé par Kevin Tancharoen. Avec Dianna Agron, Chris Colfer, Darren Criss. Le phénomène GLEE arrive enfin au cinéma et en 3D pour un concert exceptionnel ! Découvrez le Glee Club sur scène et en coulisses pour vivre et partager l'expérience GLEE comme jamais.

 

Si vous avez entre 12 & 25 ans, vous n’avez pas pu passer à côté de ce véritable phénomène de société. Le nouvel engouement de millions d’adolescents(es) à travers le monde se résument à quatre lettres : "GLEE", une série télévisée qui a vu le jour en 2009. Le succès ne s’est fait pas attendre (les audiences ont cartonnées), des millions de produits dérivés ont vu le jour, ainsi que des concerts aux Etats-Unis et en Europe (le film est la captation d’un de leurs concerts). Le film s’inscrit dans une mode récurrente ces dernières années, à savoir les captations de concerts en 3D relief (ou convertit pour certains) pour une exploitation en salles. Après quelques essais (très) réussis avec notamment Shine a Light (2008) avec les Rolling Stone ou encore U2 3D (2008) avec le célèbre groupe U2, d’autres concerts ont vu le jour (moins réussis), essentiellement des productions Disney (et quelques autres), comme Hannah Montana et Miley Cyrus : le concert événement (2008), Jonas Brothers : le concert événement (2009) ou plus récemment avec Justin Bieber: Never Say Never (2010). Glee On Tour (2011) étant un film a destination des adolescents, le film se devait d’être exploité (et donc réalisé) en 3D, afin de surfer sur l’engouement du public et cette grotesque mode consistant à mettre de la 3D un peu partout. Concernant la 3D elle ne sert strictement à rien, ce qui est vraiment dommage car il y avait de quoi immerger le spectateur avec cette technologie.

 

Rassurez-vous, pas besoin d’être un inconditionnel de la série Glee pour apprécier le concert en lui-même, certes, si comme moi, vous êtes totalement étranger à cette série, vous serez déçu de ne pas réellement comprendre qui est qui et quels sont exactement leurs rôles dans la série. Au fil, des 90 minutes, on finit par comprendre que la série télévisée met en scène des individus de divers horizons, à savoir aussi bien des sportifs, des losers, des intellos, etc (chose inconcevable aux Etats-Unis où d’habitude l’apparence compte plus que tout et où les individus forment des clans et ne se mélangent jamais aux autres). Cassant ainsi les préjugés et les stéréotypes, c’est cela qui avait fait la force de la série télévisée et le film va vous le prouver (au risque d’en faire trop). En effet, le film ne se concentre jamais réellement sur les acteurs, mais essentiellement sur les fans, à travers de courts reportages, le film lève le voile sur trois protagonistes (que tout sépare, mais qui ont retrouvé une raison de vivre grâce à Glee). Ainsi on découvre les témoignages d’une naine pom-pom girl, d’un jeune homme qui a fait son coming-out en dévoilant son homosexualité ou encore d’une personne en surpoids et asociale. Le tout, suinte de bons sentiments, avec un petit côté mélo-dramatique où les protagonistes nous rabâchent que c’est grâce à Glee s’ils s’en sont sortis. Ce qui au final peut devenir rébarbatif et lassant car nous étions venus pour assister à un concert de 90 minutes, au final on constate que pas mal de séquences manquent à l’appel. Enfin, concernant le concert en lui-même, il faut bien remarquer que ce dernier s’avère efficace, avec des numéros plus réussis que d’autres, à commencer par Lea Michele qui interprète "Don't Rain on My Parade" de Barbara Streisand ou encore la prestation très remarquée (et très "hot") de Heather Morris avec sa reprise de "I'm a slave 4 U" de Britney Spears, sans oublier le clin d’œil au jeune Kellen Mirador Sarmiento (dans le costume des Warblers sur la chorégraphie de "Teenage Dream" de Katy Perry) ou encore le caméo de Gwyneth Paltrow (on regrettera l’absence de Jane Lynch). Un film qui devrait sans le moindre mal combler les fans de la série (tout en les laissant sur leur faim).

 

** Bon film.

 

Critiques by RENGER Benoit

Rédigé par Geotoine

Publié dans #Critiques

Commenter cet article