[Test] Super Ca$h Me : la critique et le test du Blu-Ray

Publié le 18 Mai 2012

http://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/2012/supercash.png

 

Après avoir exposé la malbouffe dans SUPER SIZE ME (nominé aux Oscars 2005), Morgan Spurlock s’attaque à son gagne-pain en révélant tous les vilains petits secrets d’Hollywood ainsi que tous les stratagèmes utilisés pour convaincre les annonceurs de placer leurs produits dans les films ou à la télévision. Ce fou de documentaires controversés utilise son sens inimitable de la comédie pour s’infiltrer dans les salles de conférence de grandes entreprises et les réunions brainstorming d’agences de publicité afin de les pousser à dévoiler la face cachée du monde publicitaire… Succès garanti !

 

vlcsnap-2012-05-18-09h50m17s194

 

Le film

 

En 2004, l'américain Morgan Spurlock marquait les esprits au festival de Sundance avec son premier documentaire "Super Size Me". Afin de dévoiler au grand jour les effets néfastes de la restauration rapide, le réalisateur-scénariste avait décidé de filmer une expérience assez particulière dont il était lui-même le cobaye : une expérience consistant prendre durant un mois ses trois repas quotidiens exclusivement chez McDonald's. Nominé aux Oscars dans la catégorie Meilleur documentaire, le film fut un succès avec près de 30 millions de dollars récoltés dans le monde, offrant ainsi à Morgan Spurlock une notoriété amplement méritée après risqué sa santé et pris onze kilos au cours du tournage.

 

Après deux autres documentaires, l'un visant à retrouver Ben Laden et l'autre consacré aux Simpson à l'occasion du 20e anniversaire de la série, Morgan Spurlock est de retour avec un nouveau long-métrage ambitieux dans lequel il souhaite dénoncer ce que l'on a coutume d'appeler le placement de produit. Aujourd'hui, de plus en plus de grandes marques associent à des longs-métrages à gros budget afin de promouvoir leurs produits. Ces produits sont alors utilisés ou même cités par les comédiens dans des scènes de films en échange de grosses rétributions de la part des marques concernées.

 

Apple, Ebay, Motorola, Peugeot,  Cadillac, HP, Reebok, Pedigree, Ricola ou encore Coca-Cola sont autant de marques qui ont utilisé le placement de produit au cours des dix dernières année. Des voitures, des ordinatures, des bonbons, des boissons, des chaussures, des montres... tous ces produits de la vie courante peuvent vous être présentés à l'écran dans le seul but de vous inciter inconsciemment à acheter une certaine marque en créant le désir. Ces partenariats permettent de faire la promotion de la marque mais bénéficient également aux films (promotion par la marque, grosses sommes d'argent qui gonflent le budget). Ainsi, le film "Iron Man" avait un partenariat avec pas moins de 14 marques.

 

Avec "The Greatest Movie Ever Sold" (renommé de façon habile "Super Ca$h Me" en français), Morgan Spurlock souhaite réaliser un long-métrage sur la face cachée du monde publicitaire qui serait financé par... la publicité elle-même ! Il entreprend alors de contacter de grandes marques afin qu'elles lui donnent de l'argent en échange d'une publicité pour leur produit phare dans le film. On assiste alors à une sorte de documentaire autour d''un documentaire puisque Morgan Spurlock tentent de convaincre les annonceurs de participer au documentaire que l'on est en train de regarder. C'est assez fou il faut l'avouer.

 

Comme toujours, Morgan traite son sujet avec beaucoup d'humour comme lorsqu'il se rend dans une grande surface afin de déterminer quelles marques pourraient financer son film (avec notamment un shampoing utilisable à la fois par les humains et par les chevaux) ou lorsqu'il se voit accuser de nombreux refus par téléphone de la part des marques les plus prestigieuses. On est constamment à ses côtés dans cette aventure qui nous entraîne dans les coulisses du placement de produit et dont on est loin d'imaginer tous les rouages.

 

On part ensuite à la rencontre de réalisateurs (J.J.Abrams, Quentin Tarantino, Peter Berg, Breet Ratner) afin de recueillir leur avis sur ce nouveau système hollywoodien auquel ils ont de plus en plus de mal à se détacher. En dehors du cinéma et de la télévision, on prend également conscience de la place de la publicité dans le monde avec l'opposition entre São Paulo, ville où la publicité dans la rue est interdite, et les villes américaines, où la publicité envahit même les écoles (!).

 

En seulement 84 minutes, Morgan Spurlock réussit son nouveau pari : dénoncer la publicité sous toutes ses formes et nous montrer que celle-ci prend de plus en plus de place dans l'industrie cinématographique et dans l'industrie audiovisuelle en général. Un nouveau documentaire drôle et sans concession. Après l'avoir vu, vous ne regarderez plus du même oeil les blockbusters, vos séries préférées ainsi que les publicités dans la rue.

 

http://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo0.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo0.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo0.png

 

vlcsnap-2012-05-18-09h51m25s104

 

 

Le Blu-Ray

 

Les amateurs de haute définition se rabattront sans hésiter sur cette édition Blu-Ray plutôt soignée avec une image impeccable et des pistes audio 2.0 DTS-HD Master Audio en français et en anglais (on aurait toutefois préféré du 5.1 comme sur le Blu-Ray américain) avec des sous-titres français en option.

 

Les suppléments de l'édition américaine (coulisses, commentaire audio, 50 minutes de scènes coupées) se sont malheureusement envolés et il ne reste plus sur le disque que la bande-annonce du film (en version française). C'est vraiment dommage... Si vous disposez d'un ordinateur équipé d'un lecteur Blu-Ray, vous pourrez néanmoins profiter de la copie digitale "illimitée" du film (fichier MP4), transférable facilement vers tous vos appareils mobiles.

 

http://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo0.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo0.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo0.png

 

vlcsnap-2012-05-18-09h50m02s30

 

Super Ca$h Me : Actuellement disponible en DVD et Blu-Ray.

Un grand merci à Emylia qui m'a permis de réaliser cette critique.

 


Captures de la copie digitale  

 

vlcsnap-2012-05-18-09h57m13s135

vlcsnap-2012-05-18-09h51m13s242

vlcsnap-2012-05-18-09h51m50s112

vlcsnap-2012-05-18-09h51m31s160

vlcsnap-2012-05-18-09h51m37s224

Rédigé par Geotoine

Publié dans #Test DVD - Blu-Ray

Commenter cet article