[Test] The Incident : la critique et le test du DVD

Publié le 16 Juillet 2012

http://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/2012/incident-copie-1.png

 

George, Max et Ricky font partie d'un groupe de rock et rêvent de gloire. En attendant, quand ils ne sont pas en concert ou en répétition, ils travaillent dans les cuisines d'un asile psychiatrique où ils n'ont aucun contact direct avec les patients, des malades extrêmement dangereux. Une nuit, alors qu'une tempête fait rage, le système de sécurité tombe en panne. Les portes s'ouvrent et les occupants de l'asile s'échappent de leurs cellules. Les trois musiciens n'ont alors plus qu'un seul objectif : survivre.

 

vlcsnap-2012-07-11-11h21m02s51

 

Le film

 

Un film qui parvient à nous donner des frissons dès la lecture de son synopsis, ce n'est pas tous les jours qu'on en croise. Voici donc le pitch de "The Incident" : lors d'une panne de courant, trois amis qui travaillent dans la cuisine d'un asile psychiatrique doivent aider les patients présents dans la cantine à rejoindre leurs cellules. Bien évidemment, certains patients ne vont pas se laisser faire et la situation va rapidement tourner au carnage. Mais après tout, si cela n'avait pas été le cas, le film aurait bien sûr perdu de son intérêt!

 

Présenté au Festival du Film International de Toronto en 2011 et au Festival du Film Fantastique de Gerardmer en 2012, "The Incident" traîne derrière lui une excellente réputation qui malheureusement ne lui a pas permis de bénéficier d'une sortie dans les salles obscures. Et on ne peut que le regretter car le film est tout ce qu'on espérer de lui à la lecture du pitch et bien plus encore : un véritable train fantôme qui aurait fait une expérience formidable à vivre dans l'obscurité d'une salle de cinéma. Malheureusement, il en a été décidé autrement et c'est donc en DVD & Blu-Ray que l'on découvre ce film d'épouvante qui mérite notre attention.

 

Imaginez donc un couloir de l'asile que les personnages principaux doivent traverser pour rejoindre un lieu plus sûr. Rien d'extraordinaire pour l'instant. Imaginez maintenant que ce couloir longe des cellules dont les portes sont à moitié-ouvertes et qu'il est intégralement plongé dans le noir. Plutôt effrayant, n'est-ce pas ? Ce sont de telles visions cauchemardesques qui ponctuent "The Incident" durant une grande partie du film. Des visions auxquelles sont confrontées les protagonistes alors qu'ils tentent de s'échapper de cet enfer.

 

Mais avant que l'horreur ne commence véritablement, on a tout d'abord une première partie assez longue et sans grand intérêt pour la suite durant laquelle nous sont exposés les personnages et leur lieu de travail assez singulier : la cuisine d'un asile psychiatrique. Chaque midi et chaque soir, ils doivent préparer les repas des patients de l'asile ainsi que les cachets qui sont censés les rendre plus dociles. L'établissement semble tout à fait sous contrôle, du moins jusqu'à ce que l'enchaînement de plusieurs évènements (certains patients ne prennent plus leurs cachets, panne de courant qui fragilise la sécurité) plonge le lieu dans le chaos le plus total.

 

Débute alors la meilleure partie du film qui instaure une ambiance de plus en plus angoissante. La menace peut venir de partout, l'obscurité est totale et un sentiment de claustrophobie nous imprègne peu à peu. "The Incident" joue alors avec nos nerfs, utilisant davantage la carte de l'ambiance menaçante que celle des effets gores, gardant ces derniers pour la dernière partie du film. Plongé au coeur de l'asile aux côtés des personnages, on les accompagne dans leur quête de survie, leur plan consistant à s'éloigner le plus possible des fous les plus dangereux. Mais comment distinguer les plus calmes des plus machiavéliques d'entre eux ?

 

Cette partie est particulièrement efficace. On en arrive même à penser que "The Incident" c'est au final "Vol au-dessus d'un nid de coucou" qui rencontrerait "Assaut" de John Carpenter et "Zombie" de George A. Romero. Un pur produit des 70's en somme. Mais comme le film joue constamment sur le hors-champ, il se passe finalement peu de choses à l'écran et on a l'impression que les personnages tournent un peu en rond dans l'asile. La dernière partie apporte un peu de folie à l'ensemble avec enfin de vrais psychopathes qui pointent enfin le bout de leur nez (deux-trois scènes gores à signaler) mais peine à convaincre. Les dix dernières minutes, dévoilant un rebondissement final à la fois confus et décevant, tombent malheureusement à plat.

 

Jusqu'alors habitué à la réalisation de clips (dont le célèbre clip de U2 "Vertigo" co-réalisé avec Martin Fougerol), Alexandre Courtès se lance désormais dans celle de longs-métrages et ses débuts sont plus que prometteurs. Il est ainsi l'auteur de deux intermèdes salaces et d'un sketch de la comédie "Les Infidèles" sortie en février dernier et c'est lui que l'on retrouve derrière la caméra de "The Incident". Une patte française peu apparente dans le film mais une approche visuelle très travaillée qui fait de chaque plan une sorte d'oeuvre d'art (voir l'attaque du gardien par deux patients de l'asile).

 

Il a ainsi réussi parfaitement à traduire à l'écran le script original de S. Craig Zahler, un script a décidé de garder en grande partie intact à l'exception de la fin entièrement réécrite par Jérôme Fansten (ce qui explique ainsi pourquoi elle tranche radicalement avec le reste). Au casting, on retrouve un Rupert Evans (John Myers dans le premier "Hellboy") totalement méconnaissable   entouré de Kenny Doughty, du dérangeant Darren Kent ("Mirrors") et du glaçant Richard Brake ("Batman Begins"). Un très bon casting, majoritairement britannique, qui porte sans conteste le film vers le haut.

 

"The Incident" est donc un premier long-métrage de haute facture avec un pitch accrocheur et un très bon casting. Malgré un budget limité (1,8 million d'euros), Alexandre Courtès parvient à donner à instaurer une véritable ambiance de train fantôme où chaque plan semble avoir méticuleusement travaillé. Peu d'action au final avec un film qui privilégie l'ambiance et utilise beaucoup le hors champ. La fin tranche avec le reste du métrage et, de ce fait, est assez repoussante au premier abord mais si elle n'est pas foncièrement mauvaise. "The Incident" est un film à découvrir, assurément l'une des meilleures productions horrifiques françaises de ces dernières années. 

 

http://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo0.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo0.png

 

vlcsnap-2012-07-11-11h22m26s211

 

Le DVD

 

M6 Vidéo a fait un excellent travail pour l'édition vidéo de ce Direct-To-Video avec des qualités techniques proches de la perfection pour le support. Concernant l'image, cela n'était pas forcément une mince affaire étant donné que le film privilégie les scènes se déroulant dans des couloirs obscures éclairés à la lueur d'une lampe. Et pourtant, le défi est relevé haut la main avec de bons contrastes qui nous permettent d'apprécier au mieux la photographie de Laurent Tangy. Si le réalisateur est français, le film a quant-à lui été tourné en langue anglaise afin de faciliter son exportation à l'étranger. On a donc le choix côté audio entre la version originale et la version française du long-métrage, toutes deux proposées en Dolby Digital 5.1, avec des sous-titres français en option.

 

En guise en bonus, M6 Vidéo nous propose une bande-annonce et un entretien fleuve du réalisateur Alexandre Courtès. Réalisée dans une salle de cinéma, l'interview est menée par Fausto Fasulo, rédacteur en chef du magazine du cinéma de genre Mad Movies. Alexandre Courtès y aborde la phase de développement du film, le casting, les influences et beaucoup d'autres sujets durant plus de 32 minutes. Un entretien très complet mais qui manque de rythme. Un commentaire audio aurait sans doute été plus approprié. Enfin, ne manquons pas de souligner la magnifique jaquette, simple mais très efficace, créée par le réalisateur lui-même.

 

http://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo1.pnghttp://ddata.over-blog.com/0/47/60/48/Fichiers-PNG/201202/geo0.png

 

vlcsnap-2012-07-11-11h21m24s80

 

The Incident : Actuellement disponible en DVD et Blu-Ray.

Un grand merci à M6 Vidéo qui m'a permis de réaliser cette critique.

 


Captures (cliquez ici pour avoir accès à de plus grandes captures) 

 

vlcsnap-2012-07-11-11h21m36s213

vlcsnap-2012-07-11-11h21m08s194

vlcsnap-2012-07-11-11h22m46s151

vlcsnap-2012-07-11-11h22m52s210

vlcsnap-2012-07-11-11h24m09s224

vlcsnap-2012-07-11-11h24m31s190

vlcsnap-2012-07-11-11h25m58s31

vlcsnap-2012-07-11-11h21m47s49

vlcsnap-2012-07-11-11h16m54s249

vlcsnap-2012-07-11-11h17m02s22

vlcsnap-2012-07-11-11h17m14s129

vlcsnap-2012-07-11-11h17m27s50

vlcsnap-2012-07-11-11h17m35s124

Rédigé par Geotoine

Publié dans #Test DVD - Blu-Ray

Commenter cet article